Les jours qui manquent

Je regarde toujours avec étonnement les jours qui s’égrènent lorsque quelqu’un me manque. Ces jours sont comme deux doigts qui pincent l’accroc d’un pull et ils le tirent, le tirent. Jusqu’au moment où l’on se retrouve à poil. C’est là que commence ma soif d’un être que rien ne pourra éponger. En fait, oui, jusqu’ici, j’ai été patient. J’en vois le bout. Mon manque est gavé, repu. De l’amour, j’en ai plein les charrettes. Et les jours qui s’égrènent, je m’en vais leur annoncer un crépuscule.

Publicités

Publié par

Lilian Lloyd

Auteur, metteur en scène, scénariste, comédien, compositeur.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.