Journal d'un auteur contemporain pas encore mort

Enculé !

C’est la seule chose qui a traversé mon esprit hier au soir lorsque dans la première de « Ames seules pour rencontres rêvées », j’ai vu l’utilisation de la vidéo dans le spectacle. Je me suis dit « l’enculé, putain, ça marche »… Moi qui ne suis pas fan de ce procédé (vidéo+théâtre), franchement… franchement, Davyd Chaumard, il est pas tout petit pour faire dans la litote.

Que dire de ce spectacle qui est plus (cau)-Chaumardesque que Lloydesque… C’est que justement, il est plus lui que moi et que c’est sûrement bien pour ça qu’il est réussi. Il faut le voir, vraiment. Et puis en parler, s’en parler parce qu’il ne laisse pas indifférent.

Et puis, pour Marthe, qui casse la baraque avec cette voix… Amarine, qui fait de Juliette un instinct de survie, et puis Pablo, tout en retenu, Davyd en Billy Idol ambigu sur ses attirances. Et ça, rien que pour le plateau, parce que derrière, Kat a fait des vidéos qui disent beaucoup, Tristan, mon poème, qui a fait un récital de toute beauté, Marie-Laure, qui a guidé un peu tout ça ou encore Pascal qui a fait une lumière sur un plateau et une mise en scène impossible à éclairer.

Ca sentait bon hier au soir à Lyon, sur les pentes de le Croix Rousse. Allez-y de ma part, le théâtre est accueillant et les comédiens sont disponibles.

resize-of-img_2811.JPG

Davyd, ça fait deux ans que tu as toutes ces images en tête. Et enfin, c’est sortit, d’un mot d’un seul, bravo. Je suis pressé de revenir fin novembre voir comment tout cela aura grandit et peut-être aura-t-on le plaisir d’entendre de vive voix Amarine dire qu’on lui a fait l’amour comme une guerre… ;o)

T’es un génie.

Mais enculé quand même !

L.

Publicités

2 Réponses

  1. Vindidiou!!! il vit encore le Monsieur Lloyd!!! Moi qui avait perdu toute trace et youp je le retrouve ici

    octobre 12, 2007 à 10:05

  2. McFly

    Parce que s’il m’aimait … ce serait le bordel !!!

    – Bo-bo … dit le gosse qui hurle à travers à mon nombril
    – rrrrr … de rage d’être obligé de comprendre son abandon
    – d’elle … Elle, mére et terre nouricière.

    Merci à vous tous pour ces instants d’émotion vivante, qui en effet, laissent pas indiférents

    janvier 31, 2008 à 8:44

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s