Journal d'un auteur contemporain pas encore mort

Dialogues de sourds

 » – T’as vraiment une façon de voir les choses, je comprendrai jamais.

– Ben non, avant l’amour, l’ignorance, après l’amour, l’indifférence.

– Tu m’indiffères pas.

– Alors quoi, bordel ? Du jour au lendemain, tu passes une lingette sur tes amours et tu la fous à la poubelle, c’est ça ?

– Une lingette ? Cinq ans pour que je m’en remette, c’est au marteau piqueur que je t’ai enlevé !

– C’est bien, j’ai laissé des traces.

– Des cicatrices. Maintenant, chez moi, c’est des cractères le quotidien, je mets plus des patins sur mon parquet, mais des moonboots pour accéder à mes sentiments.

– Tu veux parler de pillonage ? Regarde ce coeur, on dirait le frère jumeau de Hambourg à l’été 43.

– Je t’ai jamais attaqué.

– Pire ! Tu m’as oublié. Putain ! L’oubli, c’est les mites qui bouffent les fondations en bois des baraques. Je me suis affaissé comme une merde.

– Tu comprends rien aux femmes, au fond.

– Et elles ? Elles ont fait un tant soit peu l’effort de me comprendre ?

– Mais tu veux pas qu’on te comprenne, ça te fous les jetons.

– J’ai pas peur qu’on me comprenne, j’ai peur de ce qu’on comprendra.

– Tu vois ? T’es tordu.

– Oh, c’est bon, s’il te plait, ignore-moi.

– Retour à la case départ alors.

– Ben oui. Enchanté, machine.

– Salut machin. »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s