Journal d'un auteur contemporain pas encore mort

Archives de mai, 2008

The Voice

Si tu me demandes quel mec que j’aime à mourir, quelle voix je rêve de voir sortir de ma bouche, c’est bien la sienne. En 93, Michael Stipe disait de Grant Lee Buffalo et de « Fuzzy » que c’était le plus bel album de l’année. Moi, je dis, de la décennie. Et putain que ça tient encore la route.

Allez, les yeux, les oreilles, profite…

 

 

 

 

 

 

Un autre clip, en plus, réalisé par Anton Corbijn, le fabuleux (ma rencontre avec lui l’année dernière m’a laissé sur le cul, 2m le gars…) qui a réalisé les clips de Depeche Mode, entre autres et ce putain de film « Control » sur Ian Curtis…

 

 

 

 

 

Et un live, rien que pour comprendre que la voix de ce mec là, c’est juste du diamant.

 

 

 

Publicités

Comme si on y était, le retour

Et voilà deux extraits choisis de Davyd Chamard qui a monté un spectacle plus qu’étonnant sur un patchwork de mes textes.

Ca s’appellait et ça s’appelle toujours « Ames seules pour rencontres rêvées »

http://fr.youtube.com/watch?v=muX-eh7va5Q
http://fr.youtube.com/watch?v=kvAByUxHSYQ

Bon visionnage.

T’es toujours aussi blond mon Davyd ?

;o)

L.


No comment

 » Permets-moi

De te dire ce que je pense :

Que c’est une femme

Le silence  »

Guillevic

 


Comme si on y était…

Merci à Davyd pour le lien…

Pour celles et ceux qui n’ont pas vu cette pièce – et ils sont nombreux – qui s’est créée à Lyon l’année dernière, voici l’intrégrale en vidéo filmé à Grenada, en Espagne, où l’équipe est allée la jouer devant un public espagnol et qui a apprécié ! Bravo à tous, et surtout à Davyd qui est à l’origine de l’idée et à la mise en scène. Merci de m’avoir fait accoucher de ce texte-ci.

http://www.cacocu.es/ficha.php?id=273

Si vous voulez voir la vidéo en grand, il suffit de s’enregistrer ! Bon visionnage et n’hésitez pas à laissez vos commentaires…

L.

 


Le point sur L.

Soyons Pragmatique !

et faisons le point. Ca fait longtemps que j’ai pas mis les points de suspension sur mon activité pour venir ici. Alors, je prends un peu de temps pour bilanter quelques choses. Je dois avouer que les dernières semaines ont été mouvementées et ce n’est pas fini, tant mieux quelque part. Louis a chopé deux directeurs de casting pour les deux premiers scénarios et sur « Des espoirs en bandoulière », on a déjà l’accord d’un comédien internationnal… Moi, j’ai levé un premier sourcil… Quand je dis internationnal, j’entends par là qu’il joue dans les films américains et se verrait bien dans ce film-ci… Pour l’accompagner, on a ciblé quatre comédiennes françaises. On attend les réponses pour le moment. A priori, des choses devraient bouger avec Cannes, c’est du moins ce que l’on espère.

En attendant, je m’attaque à une énorme falaise. L’adaptation de trois de mes pièces dans un seul scénario. « Y’a des nuits… », « Lavage délicat » et « Joyeux anniversaire quand même ». Mon cerveau se fait des clés de bras à trouver des liens, mais c’est assez génial de voir combien tous ces personnages évoluent dans la même ville. Mon vieux rêve de mettre tous mes petits bonhommes dans un seul et même bouquin prend forme quelque part… Suite au prochain numéro.

Au théâtre… 487, c’est le nombre de spectateurs qui sont venus voir les amateurs d’Amathéa sur la pièce « Un cadavre exquis ». Et ce n’est pas fini, vendredi à 14h30, nous sommes dans le festival de Maisons-Laffitte (8ème année consécutive) et puis le 17 mai, c’est l’audition pour le festival de Paris. Donc, bon, le bilan est plus que positif pour cette première pièce avec ce groupe. Nous ferons le bilan dans quelques jours, mais je pense que c’est bien parti pour une seconde année avec eux. L’accueil du public a été très bon et je crois que la pièce fonctionne bien, malgré ses longueurs.

74, c’est le nombre de pages pour la pièce de ML. 59, c’est le nombre de pages après réécriture avec lui. C’est en bonne voie. Il aime la pièce et est content du boulot. Réussir à plaire à un mec qui a 35 ans de scène, ça rassure sur ses compétences. Rien n’est gagné, je continue. Parce que, de toutes façons, par nature, dans ce métier, rien n’est jamais gagné et j’ai pas écrit « les Ch’tis »…

J’ai trouvé le sujet de la pièce pour les Théatropathes, après six mois d’atelier ensemble. Pas beaucoup le temps de m’y pencher pour le moment, mais j’ai enfin le bon bout. J’espère l’écrire courant juin pour commencer à bosser dessus à la rentrée prochaine. C’est sûr que l’on va aller dans un autre univers…

Avec Jimmy et son seul en scène « Les preuves d’amour », tout va bien. Nous avons commencé les répèts et la petite salle des Déchargeurs est en vue. La présence de Maud sur scène qui jouera du piano apporte beaucoup de relief et je crois énormément à ce spectacle. Pour Jimmy d’ailleurs, c’est un gros investissement personnel et c’est bien, je le sens avec une grinta que j’aime voir chez les mecs qui veulent s’arracher de la galère.

Et puis, il y a eu « Y’a des nuits… » version Fribourg, en Suisse. Je leur passe ici le bonjour et je salue de nouveau leur travail qui m’a beaucoup plu. Même si la pièce était plus longue que prévue ;o) Pour une fois que je vois l’un de mes textes en langue étrangère… Et que je comprends le tout ! Bravo encore à vous et j’espère à très vite pour « Les mâles heureux », peut-être ?

Un coucou aussi à Caroline Mouton. Après l’avoir vu dans la série « La cour des grands », je suis super heureux pour elle et je voudrais tant qu’elle soit tout en haut, pour son talent, sa générosité, son humanité. Je pense aussi à Lucie et son bébé, Sigo en Corse sur sa planche et ses feuilles blanches qu’elle noircies. Et avec Caro, c’est sur le slam qu’on travaille ensemble désormais. On se prévoit une scène dans un bar d’ici quelques semaines… Ah ah ! Scoop, hein ? ;o)

Fallait aller jusqu’au bout, vous voilà récompensé. Le lien vers sur myspace bientôt.

Allez, j’y retourne.

L.