Journal d'un auteur contemporain pas encore mort

Archives de octobre, 2008

A venir

Ca va être bon, ça, ça va être bon.

http://www.les-preuves-damour.com/


Favelas chez les nantis

Caro, Etienne, Raph,

Ça va commencer comme ça.

« J’ai mis du temps à comprendre que le doigt dans la goupille, c’était le mien.

J’ai cru que ce serait un avantage, que brûler cet endroit se résumerait à un geste simple, comme deux doigts d’un enfant qui tirent le lacet à défaire.

J’ai longtemps regardé autour de moi, l’index joueur, l’œil noir, à deviner le visage de celui qui recevrait tout ça. Tout ça moins la goupille. Je la garderais en souvenir, je me disais.

Mais je ne garderai rien. Aujourd’hui, j’ai saisi. C’est moi la grenade. »

Ps : clin d’oeil à Juan R.


Diaporama

Mon G.

Mon Point G., il en a un talent. Fou. Il va te trouver des images qu’on devine pas. Et voilà qu’il est avec nous pour « Des nuits à rebours ». Et voilà son diaporama.

http://enversmoi.canalblog.com/albums/des_nuits_a_rebours/index.html

Ce mec est génial, c’est tout.


Des noix dans les mains

Me baissant pour ramasser les noix de ce jeune noyer de ce bon vieux Michel, je regardais sa jolie production. Des belles noix fraîches, délicieuses. Comment on dit déjà ? Il donne.

Il donne, oui.

15 ans qu’il est là, au fond du jardin. Et ça y est, enfin, il donne. Je suis resté un peu en suspens, les secondes de réflexion qu’il faut. 8 demandes de montage de mes pièces en une dizaine de jours et ça continue. De Rennes à Biarritz, en passant par Nice et puis Lyon. Cet article qu’il faut que je scanne. XG, RD et EC pour « Des espoirs en bandoulière ». La chanson, les chansons. Cette foule de projets. Et puis la colère qui monte pour une nouvelle pièce.

Putain, Lloyd donne, au bout de 15 ans. Je vais pas récolter ses noix, ce serait déplacé comme propos, mais il donne à manger celui-là. Enfin.

C’est pas possible. Je dois avoir le cancer qui me ronge. Etienne me dit « tu somatises les bonnes nouvelles ». Ben, je sais pas, j’ai cru comprendre que rien n’était gratuit dans ce monde-ci.

J’ouvre une noix. Elle craque. Elle est pas pourrie. Une petite peau à enlever. Succulente.

D’un coup, j’ai confiance. Le cancer attendra.

L.


Palpitations mancuniennes

Y’a des semaines… Qui commencent comme ça.

Comme je veux en garder sous le coude, la seule chose que je peux dire, c’est que j’ai très envie d’acheter le maillot N°7 de Manchester United. Juste comme ça.

T’es très fort Louis-Pascal Couvelaire. Très. Très. Très.