Journal d'un auteur contemporain pas encore mort

La nuit, je rends les armes

bashung-11

bashung-2

A 16h, je me suis dit, tiens, si j’écoutais « l’Imprudence » en écrivant ma pièce. Encore été bien inspiré, moi.

En ce qui me concerne, la chanson française vient de mourir aujourd’hui. J’écoute plus jamais rien.

Merci à Rémy et Marie-Pierre pour les photos.

Publicités

2 Réponses

  1. Louise

    Drôle de jour pour laisser une trace ici, mais puisqu’on partage la même tristesse, juste un baiser à Samuel Hall…

    mars 14, 2009 à 8:45

  2. M.

    Au moment où je commençais à vouloir rentrer dans son univers, à le découvrir… il est parti !! Plus jamais je ne me m’approcherais d’un homme ;o)

    mars 17, 2009 à 7:59

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s