Journal d'un auteur contemporain pas encore mort

Archives de avril, 2009

Le caillou dans la chaussure

Je ne veux rien relire, juste me relier. Il y a bien un endroit sans douleur. C\’est forcé. Dans ce que je suis, il n\’y a rien à redécouvrir, ce sont des peines perdues. Un souvenir se doit d\’être élégant et lui redonner vie, c\’est l\’insulter. Au final, dans tout ce que j\’ai pu faire, partout où j\’ai posé les yeux, partout à l\’intérieur, à l\’extérieur, c\’est moi l\’insulte.


C’est parti…


La confession

Tous ces mots qui se brisent, et détruisent, à l’intérieur.

Et nulle part où se planquer. Et que se dire ?

Enfin n’avouer que le mal, souffler sur la braise.

Dire la douleur, c’est la faire taire.


Rengaine 2

Le matin, se lever avec un nouvel espoir

A enterrer avec les autres le soir