Journal d'un auteur contemporain pas encore mort

Le caillou dans la chaussure

Je ne veux rien relire, juste me relier. Il y a bien un endroit sans douleur. C\’est forcé. Dans ce que je suis, il n\’y a rien à redécouvrir, ce sont des peines perdues. Un souvenir se doit d\’être élégant et lui redonner vie, c\’est l\’insulter. Au final, dans tout ce que j\’ai pu faire, partout où j\’ai posé les yeux, partout à l\’intérieur, à l\’extérieur, c\’est moi l\’insulte.

Publicités

3 Réponses

  1. M.

    L’insulte c’est de ne pouvoir entendre là où les mots se posent, là où les maux s’imposent. L’insulte c’est le monde qui impose, implose nos envies d’être, d’exister. De nier le matériau que l’on est, la plume qui jaillit de nos tripes, l’âme qui saigne à vouloir trop l’emmurer. L’insulte c’est l’autre, l’insulte c’est de ne pouvoir s’entendre, s’étendre et se laisser aller au son de la voix de celui qui a des mots à nous dire, à nous lire, à nous écrire… L’insulte c’est pas toi, c’est eux qui sont sourds de trop d’égo!isme, de trop d’égocentrisme, du mal de soi. L’insulte c’est pas toi, c’est le monde qui ignore et s’ignore pour se vouer à sa propre perte. L’insulte c’est le manque d’amour, le manque de soi, le manque tout court. L’insulte, c’est la mort qui rode et qui plane comme des vautours autour de celui qui ne demande qu’à être, à exister… L’insulte c’est la vie qui fait preuve d’arogance et de haine. L’insulte c’est le manque de l’autre, le manque tout court… le manque tout court… le manque d’ambition, le manque… le manque… le manque… le manque.

    avril 20, 2009 à 11:13

  2. andre

    pour avoir taillé ses petits cailloux dans un coeur de pierre…
    et toujours croire que rien ne l’altère…
    de ses souvenirs dont on ne choisit pas la couleur
    pourquoi les embellir alors qu’ils reviennent par la douleur…
    comment se retourner sur ce que l’on a semé?
    vider ses chaussures sans faire injure a ses couleur sorties du coeur.
    sans plus d’arguments l’insulte viendra,aprés avoir usé ses godaces,vidé sa besace…quand le silence sera la reponse a l’insulte il n’y aura plus rien a dire et celui ci fera plus de mal que le petit caillou tombé dans la chaussures

    avril 28, 2009 à 8:29

  3. Jacques

    Pfff !!! Si toutes les insultes avaient ta gueule, je dormirais dans le dictionnaire ;)

    mai 8, 2009 à 4:10

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s