Journal d'un auteur contemporain pas encore mort

Même pas en rêves (Léandre)

Léandre –

Je la connais déjà, c’est la reine du silence. La reine des emmerdeuses, donc. Toi et ton intensité, vous êtes prêt à avoir le cœur brisé, le crâne en miettes après l’avoir collé dans un mur ? Je dis ça, je dis rien, je demande, c’est tout. Tu vois, le plus important, c’est de ne pas s’emballer, parce que si t’es là, la mitraillette chargée d’amour, t’as juste le doigt sur la gâchette et tu deviens l’armée américaine à toi tout seul, t’as plus qu’une envie, la trouer de toute part, l’embraser des pieds à la tête, l’annexer et l’envahir. C’est une planète inoccupée et t’es absolument obnubilé à l’idée d’y planter ton drapeau. Alors, tu peux dire des choses mais dès que tu dépasses les six mots par phrase, ça devient critique. Tu lui donnes l’accès, les clés, le plan de l’intérieur et même le mode d’emploi pour la fabrication d’une petite bombe artisanale et où la déposer pour que ça fasse le plus d’effet possible. Ta langue bien pendue, moi je te dis, sa place, c’est contre ses grosses dents, sur sa commissure gauche qu’elle doit faire des miracles parce qu’autrement, là, à la ramener, tout ce que tu vas faire, c’est lui indiquer la sortie avant de rentrer. Alors, après lui avoir dit que tu l’aimes, que veux-tu qu’elle veuille de plus ? Après lui avoir avoué que t’étais le petit garçon dans la paume de sa main, tu crois pas qu’elle a envie de s’en débarrasser comme un foutu poil ou je ne sais quoi qui ne lui appartient pas ? Tu as donné la conclusion et tu développes ensuite, toi ! T’arrives « Ma dame, je vous aime » et l’autre de te répondre « On se dit bonjour d’abord, non ? » Alors, maintenant ton clape-merde, tu le mets sur pause et tu laisses le silence dire ce que tu as dans le ventre. Maintenant, tu t’effaces et tu vois si ton absence crée un manque. Maintenant, tu écris pour combler le vide, tu fais cinq cents pompes pour t’épuiser et tu penses à la création de l’univers, ça va t’occuper un brin. Et tu dors. Même si les rêves, eux, vont pas t’épargner, parce qu’elle va s’y pointer et te dire tout ce que tu souhaites, ne dis plus rien. Au réveil, elle viendra à toi dans un silence parce qu’elle en est la reine.

Publicités

Une Réponse

  1. isa

     » Du silence naît tout ce qui vit et dure; car c’est le silence qui nous relie à l’univers, à l’infini, il est la racine de l’existence et par là l’équilibre de la vie . »
    Yehudi Menuhin

    juin 6, 2009 à 3:20

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s