Journal d'un auteur contemporain pas encore mort

Exergue – Bouquet Final

” … D’un mot, il résume ses attentes. Et “encore” vibre à ses oreilles, à elle. Ce mot-là aura-t-il trouvé sa place, sera-t-il assez creux, assez profond, assez large pour y recueillir le désir, l’amour et le manque qu’elle lui inspire ? Est-il celui qui comble, qui rassure et qui ne s’use pas sur le temps, qui ne s’affaisse pas devant le poids, qui ne plie pas face aux vents contraires ?
Encore. Ça lui est venu comme une évidence, comme pour la clouer sur place, sur la croix de leurs envies. Partout où il a cherché, il n’a découvert que ces deux syllabes. Sa bouche ? Encore. Sa langue ? Encore. Des pieds au bout des cheveux ? Encore. Quid des larmes, de l’âme et du sang ? Encore.
Il a dessiné ces six lettres dans l’air et lui laisse les recevoir tout en partant et en tournant le dos. “Encore”. Elle chavire. Il est sûr de son effet, fier et droit, entend sa cape claquer au vent et repart vers d’autres aventures. Il tourne la tête et un son lui vient à ses oreilles. C’est elle. Elle répond ? … Elle répond à “encore” ? A ça ? Et par quelle insolence se permet elle ? Et qu’a-t-elle à user comme salive pour trouver à y redire ?
Le son prend forme et se déguise aussi en un autre mot.
“Toujours”
Elle a dit “toujours”.
Elle repart. Sa cape claque au vent et disparaît dans un angle de rue.
Il reste. Ses dents claquent ou se déchaussent. “Avec panache” disait Cyrano. Avec panache, elle vient de le tuer. Encore.”

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s