Journal d'un auteur contemporain pas encore mort

Archives de août, 2009

Le saut de l’ange

J’ai dû en entendre. J’ai du en louper. Par dizaines, par milliers. Autant de mots d’amour qui se sont échappés. Du sable dans des poings qui se referment. Tout ce que j’ai est ce qu’il me reste. Quelques grains dans la paume comme des soupirs d’espoir. Du haut de la falaise, avec le vent qui souffle dans le dos, à coup sûr, je tomberai plus vite qu’eux. Qu’ils s’envolent au moins jusqu’à toi, ces délestés de moi.

Publicités

Leitmotiv

La hache fend le bois.

Ma langue, elle, s’occupe des espoirs.


Néant

« Je disparais. Par réflexe. Morceau après morceau. J’ai laissé ici ou là quelques bonnes parties, du moins, les moins mauvaises. Mais le coeur, non. Lui, a-t-il trop battu, rabattu la même chanson à de dociles oreilles, il ne mérite que l’oubli et l’évanescence pure et simple. Ce fameux singe qui mange le crâne chez Burroughs en fait de même chez moi. Il ne restera bientôt plus rien, à peine quelques preuves et des traces que la première marée un peu plus haute que les autres viendra effacer. Est-ce ainsi qu’on survit en s’évitant ? Si j’avais la réponse, je n’en serais pas là, à gratter sur les photos pour m’y effacer. C’est peut-être un peu de pudeur mal placée, mais du néant, il m’a toujours semblé qu’on était à la meilleure place pour demander de l’aide. »