Journal d'un auteur contemporain pas encore mort

La dérive

« … Tant qui m’échappe. Les gens, les choses, les interrogations, ce qui vient, ce qui n’est plus… les sentiments… Les pas se font lourds dans les sables émouvants et mes espoirs n’ont plus la force de projeter quoique ce soit, n’importe quel petit émoi à plus d’un lendemain. Parfois, à genoux, immobile, j’en viens à souhaiter que ce soit la dérive des continents qui me fasse avancer…

A priori, ça risque d’être long… »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s