Journal d'un auteur contemporain pas encore mort

Embrasser / A partir de là

 » Cela met tant de temps. J’y perds des années, des soupirs, une énergie folle. Mais construire cette chose, là, cette chose-là, un être, en commençant par la base, par les racines, ça demande de se salir les mains. Ce qu’il peut y avoir  à creuser pour y faire les fondations, que de passé(s) à soulever. Il faut savoir scier les branches mortes, en étant sûr que l’on n’est pas assis dessus.

J’espère toucher, savoir, apprendre, me dire que les pas ne me dévient pas de mon chemin, que tout mène à l’autre, en passant par soi. Et tant de détours pour en venir à moi. Tant. Je pourrais baisser la tête devant ce qu’il y a à bâtir, jusqu’à ce que des bras s’ouvrent et découvrent enfin une évidence.

Tu as le choix. Enlacer le destin ou être écrasé par la fatalité. Dans ces mains embrassées, j’y vois l’avenir.

Ne t’épuise pas. J’avance.

A partir de là, je ne suis plus loin.

Tends la main. Au passage, je la prends. « 

Publicités

Une Réponse

  1. Birdy

    Toujours revenir à soi…nous rapproche des autres…..Quand je reviens à moi, au centre, mon dieu que de tonnes d’Amour à donner que je découvre…..tellement que j’en ai peur d’étouffer les autres…alors mon cahier reçoit les mots dans le silence, ces mots qu’un jour j’irai déclamer dans mon habit de poête interplanétaire…

    janvier 27, 2010 à 8:17

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s