Journal d'un auteur contemporain pas encore mort

Say it to me Now

Pour ceux qui comprennent pas l’anglais, c’est dommage… Il raconte comment il a rencontré une vieille dame dans un ascenseur, engoncée dans un gros manteau. Ils discutent, elle lui dit qu’elle n’est pas sortie de chez elle depuis deux ans et qu’elle n’avait que ce manteau sur elle durant tout ce temps. Elle lui demande qui il est, il lui répond chanteur, mais elle ne le calcule rien. Et puis, vers la fin, elle lui dit « j’ai ce manteau depuis que mon fils est mort dans une de ces tours »… Il lui dédie la chanson à chaque fois qu’il joue à New York.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s