Journal d'un auteur contemporain pas encore mort

Un Noël Des Accordés

Voici les cinq premières minutes du spectacle… Le reste à découvrir dès le 9 janvier…

 »
Sam –
« Le rêve comme moteur ». Un jour, j’ai lu ça sur un mur, avec pas signature, rien d’autre. Un mec était venu, avait écrit ça et disparu. Ça fait un certain temps que je rêve plus et peut-être que c’est pour ça que je bouge pas mon cul. Je sais pas à quoi ça sert un rêve. Ou alors c’est juste fait pour t’endormir. J’aime pas qu’on me fasse croire à un truc qui existe pas. Sur une bouche d’aération bien chaude, de toutes façons, à quoi tu penses, à quoi tu rêves ? Suite présidentielle dans un hôtel ? Jacuzzi ? Ou juste à la prochaine bouteille… Le rêve, ça réchauffe même pas, ça donne pas à bouffer, je suis sûre que ça te tue. Tu te crois en train de patiner et tu congèles dans un parc. « Le rêve comme moteur ». C’est un mot, c’est juste un mot. Et pis lui, là, qui apparaît comme une fleur, comme une mauvaise herbe.

Louis –
Excusez-moi, mais… enfin, je sais qu’on ne commence pas une discussion par ça, par s’excuser, je veux dire. C’est comme si j’assumais pas le fait de venir vous parler, alors que ça fait, je sais pas, moi, un paquet de pièces que je vous laisse depuis le temps que je vous croise ici et… Enfin, j’ai beau regarder, mais j’ai pas de raison de m’excuser. Ou alors peut-être de ne pas vous avoir adressé la parole plus tôt, mais euh… je suis d’une timidité maladive, c’est à peine si j’arrive à demander du sel à la table à côté quand je déjeune au self. Quand je dis « excusez-moi », au fond, c’est comme une formule de politesse, alors que j’ai juste envie de vous dire bonjour et qu’on échange quelques mots, quoi. On est le 20 décembre et je pensais que… que demain, moi, je prenais pas le métro, parce que j’ai pas à aller au boulot. En fait, ma mission s’arrêtait aujourd’hui. Je suis intérim et je croyais que j’allais être prolongé, mais non… Comme j’ai merdé sur des opérations, ils ont pensé que j’étais nul dans la boîte où j’étais engagé. Mais je suis pas informaticien, moi. C’est pas mon truc la modernité, je serais plus dans le travail de la terre, jardinier, ça pourrait me plaire par exemple, ou fleuriste, mais je trouve pas de place parce que j’ai une hernie discale qui me handicape et bon, on veut pas m’assurer. Je veux pas vous embêter avec mes histoires, hein. C’était juste pour vous expliquer pourquoi je vous verrai pas demain, si vous êtes là et pourquoi je vous donnerai pas de pièces. Mais si vous voulez, je peux vous en donner une d’avance ou plein d’autres ? Je sais pas, peut-être que vous aussi vous faites la trêve des confiseurs ? Vous partez ? A la montagne ? Moi, je reste là. Enfin, pas là, dans le métro, mais chez moi. J’habite pas loin, c’est pas grand, mais c’est pas loin, c’est ça qui est bien… En même temps, heureusement que c’est pas loin, sinon, je descendrais pas ici !

Sam –
Qu’est-ce que tu veux ?

Louis –
Vous parlez ! Ouah ! Ça, ça me rassure ! Parce que depuis tout à l’heure, je suis en roue libre, vous me coupez pas alors que toutes les autres filles, à la troisième syllabe que j’émets, elle me dise déjà « ta gueule »…

Sam –
Je croyais que t’étais timide ?

Louis –
Ben oui. « Vous pouvez me passer le sel ? » Huit syllabes. Quand j’arrive à le placer, je sue tellement que les gens en face se disent que je suis malade.

Sam –
Donc, là, si je te disais de fermer ta gueule, on pourrait concrètement dire que t’as battu un record ? T’en es à deux pages de monologue, là ?

Louis –
Je savais pas qu’on allait se tutoyer si vite.

Sam –
T’es pas muet, mais t’es peut-être dur de la feuille. Qu’est-ce que tu veux ?

Louis –
… Rien.

Sam –
Très bien, alors bon Noël.

Louis –
Attendez. En fait, si je veux bien un truc, mais… Vous allez me trouver un peu cavalier sûrement. Est-ce que je peux vous inviter pour prendre un verre ? Après, je peux vous raccompagner. J’ai pas de voiture, mais on peut s’arranger et…

Sam –
Tu veux me sauter ?

Louis –
… Je préférerais prendre un chocolat chaud d’abord. »

Rendez-vous au Laurette dès le 9 janvier…

Publicités

Une Réponse

  1. l'H

    Hier »joyeux noêl »,aujourd’hui »bon dimanche »…comment répondre »merci et vous aussi »,pourtant il le faut bien pour cette petite infirmiére au large sourire naturel.
    je sais que je le retrouverai ce soir à la nuit tombée,avec le ding-ding des portes automatiques et cette p….. d’odeur de pharmacie et d’odeur de repas que l’on sert a 18h00…demain lundi,et je plongerai dans le boulot pour remplir les heure de cette derniere semaine de cette p….. qui s’achéve.
    tous ces égoistes qui par habitude prennent leurs vacances cette derniere semaine pour soit disant la passer avec ceux qu’ils aiment…a grand coup de meilleurs voeux etc…etc…
    voilà,moi aussi je serais égoïste…tellement que je ne souhaiterai rien à personne.
    et je me souhaiterai à moi-même,de savoir tous ceux que j’aime heureux…
    ainsi à la nuit tombée,aurai-je fait le tri de ces mots ressassés classés,de ces moi aussi,toi aussi,vous aussi…
    au matin les étageres se seront certainement de nouveau casser la gueules… »je rangerai çà ce soir »…

    décembre 26, 2010 à 9:52

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s