Journal d'un auteur contemporain pas encore mort

Article de Muret

Comme promis, voici donc l’article que j’ai écrit pour le journal interne du centre de détention de Muret.

 » Je serais presque tenté de dire qu’on n’entre jamais dans une prison innocemment.
Si j’ai pu en ressortir à chaque fois, après y avoir passé quelques heures, je savais les raisons de ma motivation à venir animer cet atelier d’écriture de monologues et de leur représentation. L’humain, dans toutes ses formes, sont au cœur de mon projet d’écriture. Quoi qu’elle ait fait, où qu’elle soit, j’ai le désir d’aller à la rencontre de la personne, pour mieux la comprendre, pour mieux me saisir sûrement.
Cet atelier, monté grâce au SPIP et à la Maison des Écritures de Lombez Midi-Pyrénées, a permis à six détenus d’écrire chacun trois textes sur des sujets (plus ou moins scabreux, je le reconnais) sous la forme de monologues. Il leur a fallu se mettre dans la peau d’un jeune homme, informaticien, célibataire, aux multiples problèmes relationnels et parentaux, face à sept jeunes femmes lors d’un speed dating ou encore se raconter plus personnellement dans un « Je me souviens » à la Pérec et enfin faire sonner la langue française à la manière d’un Raymond Devos et jouer avec les mots et les maux.
J’ai été enthousiasmé du début à la fin et toujours agréablement surpris de la qualité des textes. Bien sûr, l’humour est une arme à double tranchant et quelques tirades peuvent hérisser le poil, choquer, mais peu importe, l’expression, si je peux me permettre, est libre. Je retiens de ces six séances de grands éclats de rire et un échange constant avec chacun des participants.
Si, pour ma part,  l’expérience peut être éprouvante, elle est d’abord bouleversante et formidablement nourrissante.
Je veux remercier ici ce groupe qui a été cohérent, solidaire, taquin et qui m’a suffisamment fait confiance pour que nous puissions aller jusqu’au bout de cette aventure.
De tout cela, j’espère deux choses : voir l’édition de ces textes et programmer de prochains rendez-vous, pourquoi pas encore à Muret ? pour continuer de partager avec l’humain. Quoi qu’il ait fait, où qu’il soit.  « 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s