Journal d'un auteur contemporain pas encore mort

Une Femme Debout 15

Cher Excès de Vie,

Devrais-je dire, trop cher Excès de Vie.

Votre délicate missive après tant d’années de silence fut accueilli avec une certaine forme de soulagement. Enfin un signe de vie de votre part, vous qui cherchez tant à me l’enlever. J’avoue, j’ai passé une jeunesse affective plus qu’ordinaire. Grande, jolie mais sans plus, en forme, un peu sportive lorsqu’il s’agit d’aller chercher à pieds quelques paquets de confiseries jusqu’à cinq rues de chez moi, mes prétendants n’ont jamais été très nombreux, ni si attaché à ma propre personne. Pour vous faire une confession, ceux à qui je me suis offerte tiennent bien tous ensemble sur une seule et même main. Le dernier en date m’a demandé en mariage et m’a offert deux beaux enfants dont je suis admirablement fière, même si ma petite dernière peut me demander assez naïvement s’il y a du rhum dans le rumsteck.

L’adultère, j’en ai eu vent. Par d’autres. Cela n’a jamais été un concept qui a coulé dans mes veines. Je ne le juge pas, simplement, je ne suis pas génétiquement faite ainsi. J’avoue aussi qu’avec mon tendre époux, si nous avons mille raisons de nous disputer au quotidien, nous avons un point de ralliement commun et inaltérable, quelque soit la latitude, nous nous aimons.

Voyez-vous, la fougue de notre prime jeunesse a laissé la place à plus d’écoute et de tendresse. Peut-être un peu tôt. Un peu trop tôt. Et aujourd’hui, je le comprends davantage. Venir me visiter alors que vous êtes déjà bien en moi peut créer un étrange sentiment chez lui. Et chez moi. Il faut dire aussi que j’ai le sentiment de vous avoir bien gâté, vous et votre appétit. Je vous ai donné une belle part de ma féminité et en échange, vous ne m’avez remercié qu’avec de lourdes cicatrices ! N’auriez-vous pas pu être plus gentleman et m’offrir, que sais-je, au moins, un dîner ? Oh, je sais ce que vous allez me rétorquer, que maintenant, j’ai un petit macaron sur le pare-brise qui me permet d’aller me garer sur la première place handicapée venue. Une confidence entre nous, si cela s’avère utile, je m’en serais bien passée.

Ainsi, trop cher Excès de Vie, me voyez-vous contraint de continuer à vous résister. Vos charmes ne me charment pas. Si j’entends vos obligeances à vouloir me prendre de partout, malgré mes précédentes offrandes, ce qui constitue le reste de mes organes valides vous serait gré de vous en tenir à distance. Mon cerveau, mon cœur, mon foie et l’ensemble de ma personne vous prient de leur lâcher les basques. Si je vous éconduis et vous propose de prendre la porte, c’est que notre histoire doit toucher à sa fin. Et cette fin, je vous propose de me laisser la gérer, comme une grande, de dire où et quand. Pour le comment, je saurais me rappeler à vous, si ça me chante, bien sûr.

Oh, j’avoue, je suis rétrograde, une petite fleur pour signaler votre arrivée il y a dix ans aurait pu améliorer notre relation, mais vous n’avez voulu en faire qu’à votre tête et cela m’a considérablement refroidie. Ne vous inquiétez pas, je survivrai sans vous. Jusqu’à ce qu’une voiture, une vilaine pneumonie ou une chute dans les escaliers prenne ce que vous cherchez tant. Mais dix ans, allons, soyons raisonnable, un quart de ma vie, cela me semble heureux de pouvoir se quitter avec politesse.

Même si j’imagine cela difficile pour vous de l’entendre, je ne vous ai jamais aimé. Peut-être vous êtes vous trompé de personne, peut-être n’avons-nous pas d’atomes crochus. Je ne sais pas la raison. Mais mon amour siège dans d’autres cœurs où j’ai élu un domicile qui m’est doux et favorable. Je m’en vais donc tourner les talons et vous saluer. Une dernière fois.

Merci de rendre mon corps suffisamment meurtri à qui il appartient, mon âme et ma force à d’autres combats. Celui-ci doit prendre fin.

Oui, je tourne les talons et m’en vais loin de vous. Vous pouvez toujours en profiter pour mater mon cul.

Adieu, trop cher ennemi.

Publicités

Une Réponse

  1. Sam

    Excès de vie, regardez bien mon dos car il s’éloigne et je deviens toute petite loin de vous.
    Un jour je vous ferai peut-être signe mais pour le moment mon agenda est complet.
    Et oui je vais remplacer Fillon comme vice-président à l’UMP :o) (seul poste vacant à cette date) et me concentrer sur votre cas et nous serons toutes élues des Femmes Debout dans quelques années …
    Bye cher Excès de vie et de toute façon c’est ma vie.

    novembre 20, 2012 à 3:14

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s