Journal d'un auteur contemporain pas encore mort

A vous deux

Maintenant que j’ai appris que les années ne diront plus que ton silence, que tes rires qui mordaient avec gourmandise chaque joie, ne rempliront plus mes oreilles, maintenant que ton absence est une brise sur la nuque, je sais à qui faire la place. Il me faut croire que tu auras béni le sol qui se déroulera sous mes pieds désormais.

Il m’aura fallu tout ce temps pour comprendre qu’après la fin commençait une nouvelle histoire. Tout ce que j’ai tenu si fort dans mes mains, la tienne, quelques cheveux, tant d’espoirs à se graver partout sur le corps, tout ce que j’ai serré de peur qu’il ne m’échappe, je les regarde encore une fois et te laisse partir. Je voudrais te dire que j’ai confiance, que la douleur ne sera pas mon moteur, que le manque ne sera une nouvelle gravité avec laquelle lutter.

Oui, maintenant que je sais que les images figent ceux qui les regardent, je te dis mon mouvement. J’ai compris les mots que tu m’as laissés, les souvenirs semés en moi comme autant de petits cailloux pour retrouver ma route. Avec ton départ, tu m’as finalement appris à vivre. Les peurs en moi se tairont à l’évocation de ton prénom et mes sourires briseront plus d’un doute.

Tu vois, j’avance, tu vois.

Oui, tu vois, tu m’entends même.

A nous deux la vie.

Publicités

Une Réponse

  1. Emni

    Tu me touches chaque fois au coeur Lilian. Pour la vie…

    décembre 11, 2013 à 10:31

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s