Journal d'un auteur contemporain pas encore mort

Archives de janvier, 2014

Tout sur Lloyd

Je peux vous l’avouer,

Il m’arrive un peu de m’y perdre. Alors, chères et chers, voici le point sur mon actualité théâtrale, les dates, les lieux, les pièces, qui, quoi, où, comment.

« Comme un arbre penché »

Bon, il s’agit donc de la pièce que j’ai écrite d’après une idée de Michel Leeb, vous le savez désormais et qui est à l’affiche depuis le 21 janvier au théâtre La Bruyère, dans le 9ème arrondissement, Métro St Georges, du mardi au samedi à 21h (15h en plus le samedi).

Vous trouverez toutes les informations ici http://www.atelier-theatre-actuel.com/fiche.php?menu=110&fiche=450#haut

La première s’est magnifiquement déroulée. Je ne peux être plus heureux que ce démarrage-là et d’avoir la confiance de si grands et talentueux comédiens, d’une directrice de théâtre qui sait prendre un risque, d’une équipe technique de pointure et d’un metteur en scène comme Jean-Luc Tardieu qui a su transcender tout ce beau monde.

Et pour le plaisir, je vous livre cette belle photo qui illustre bien l’état d’esprit ambiant… Un bonheur.

01crédit photo : Emilie Deville

« Des Accordés »

A quelques trois cent mètres du La Bruyère, Déborah et Anthony continuent d’avancer vers les plus de 200 représentations de notre pièce coup de cœur. Cela se passe désormais au théâtre LE BOUT, à Pigalle. C’est tous les jeudis à 21h45. Pour réserver, c’est ici http://www.billetreduc.com/97217/evt.htm

Allez-y si vous ne l’avez pas vu, et si vous l’avez vue, vous pouvez AUSSI y retourner, l’espace du théâtre se prête formidablement bien à la pièce et nous avons encore pas mal bougé de petites choses pour rendre cette comédie romantique davantage touchante.

DeboPoster2013 (2)

« Si tu me quittes, je viens avec toi »

Toujours au même théâtre, je vous livre une exclu, ce sera une nouvelle pièce dont vous avez pu lire le titre au-dessus et dont vous découvrez le projet d’affiche en-dessous. Nous commençons le 1er mars, oui, ça arrive vite et ce sera TOUS les samedis à 21h45. Que puis-je vous dire sur ce spectacle si ce n’est qu’il s’agit d’un retour aux sources de « Histoire d’âmes », c’est une comédie à saynètes autour des ruptures, dans tous les sens du terme. Une dizaine de tableaux, dans l’ensemble comiques, nous présente des couples aux bords de la crise de la nerfs, des retrouvailles absurdes, beaucoup de mauvaise foi et pas mal de clin d’œil. Je ferai un billet consacré à cette pièce plus tard, mais les quatre comédiens, Ludivine Rocaboy, Christophe Sellier, Déborah Esther et Anthony Salmero vous feront passer un très bon moment, dans le rire.

Affiche

« Nationale 666, The Road To Elle »

A partir du 29 mars, tous les samedis et dimanches (à des horaires que j’ai oubliés…), je suis un peu de retour au Théo Théâtre. Eh oui, le théâtre de mes débuts, histoire, peut-être de boucler quelque chose. J’y retourne avec cette pièce que j’ai déjà montée quelques années auparavant, mais désormais avec une nouvelle équipe et un tout nouveau texte qui donne un éclairage très particulier au propos de départ. Marine Guyon, Sonia Bhé et Fanny Lucet sont des comédiennes de FEU. Je préfère vous dire, on va retourner la petite salle du Théo dans tous les sens…

Vous trouverez sur la page Facebook toutes les infos utiles… https://www.facebook.com/pages/Nationale-666-The-Highway-to-Elle-LOfficiel/579529308769300?fref=ts

NATIONALE 666

« Un gramme de lumière »

Nous sommes de retour aussi pour DEUX DATES EXCEPTIONNELLES, les 20 et 21 mars, à l’Espace Beaujon dans le 8 arrondissement avec cette pièce très personnelle qui me tient à cœur. J’ai la chance d’y partager l’affiche avec Anthony Salmero, le tout, sous la direction de Clarisse Fontaine. Il n’y a que 200 places mises en vente, je préfère vous prévenir que ça ira vite, très vite… Mais là aussi, j’y reviendrai pour vous l’annoncer avec plus de détails.

gramme_rouge_resize

« Joyeux anniversaire… quand même »

La belle équipe de cette pièce que nous avons créée à l’automne dernier est en train de se remettre en marche pour quelques dates exceptionnelles en fin de saison théâtrale. Là aussi, je vous laisse la page Facebook pour être tenu au courant les premiers de sa nouvelle actualité. https://www.facebook.com/joyeuxanniversairequandmeme?fref=ts

sophie et bruno

Enfin, et ceci fera l’objet de prochains billets, je suis en pleine préparation de deux autres spectacles. Le premier sera le sixième avec la troupe Amathéa et s’intitule « (On a tout mis) Dans le décor », une pièce de commedia dell’arte où les happening sera constant et j’en suis ravi. Le second, c’est « Même pas en rêves » avec Clarisse Fontaine, Marine Guyon, Alexandre Metzinger et ma pomme. Il s’agit d’une pièce assez âpre autour de quatre portraits désabusées d’une génération abusée… Là, je vous garantie pas de rire.

Voilà, vous avez votre pense-bête. Et pour le coup, j’ai le mien… Donc, à très vite, ici ET là.


Au générique

Emeric, Fabien, Virginie, Olivier F., Patrick, Christophe, Olivier V., Anne, Déborah, Anthony, Clarisse, Christelle, Anne A., Fredd M., Fred K., Caroline M., Sigolène, Sabine, Sophie, David, Louise, Nicolas Z., Nicolas R., François T., Jérémy, Yannik, Laurent, Valérie F., Philippe V., Malik, Valérie L., Ismérie, Valérie A., Célia, Paul, Jean-Luc, Francis, Gersende, Patrick B., Eric, Philippe C, Mary, Nicole F., Kader, Davyd, Fanou, Aurèle, Christophe S., Sandrine F., Jacques D., Nemo, Virginie V. , Bruno S., Sophie, Gaëtano, Fanny, Marine, Sonia, Yves, Sébastien, René, Françoise S., Louis-Pascal, Anne-Marie, Maïté, Jean-Paul,  Emilie & quelques autres…

Je sais ce que je vous dois.

Merci.

penché


2014

2013 a fait son temps.

 

D’aucuns disent qu’elle le fit bien, d’autres qu’elle passa à côté de tout. Et comme bien des sujets actuels, on ne réconciliera pas les deux clans…

 

A cette même date, tous les ans, je me retrouve ici à jeter un coup d’œil par-dessus l’épaule et à compter les morts, les détresses, les absurdités, les trains qui déraillent, les politiques qui savent dire oui et non dans la même réponse, mes cheveux laissés en route ou des espoirs fracassés sur le mur des ambitions mal placées. J’aperçois aussi, assez souvent, des regards d’enfants, des insouciances salvatrices face au cynisme ambiant, des femmes et des hommes debout et bien des rêves comme moteur.

 

Je crois savoir combien nous pouvons souffrir, des oppositions, des clivages, des pressions d’où qu’elles viennent, des violences à vouloir afficher ses différences, des violences à vouloir les effacer et de l’étrangeté à vouloir nous rendre tous égaux alors que nous sommes si beaux dans la complémentarité.

 

Je sais que des rires se sont étouffés, que d’autres ont apparu, mais que devant chacun, nous avons donné toute notre bienveillance et notre humanité.

 

Je sais aussi que dans des lits où l’on s’éteint, on a encore une force pour offrir un sourire…

 

2014, toi l’année unique qui ne rime avec rien, bienvenue.

 

Tu as les clés en main. L’année passée est partie avec un grand qui, à lui seul a prouvé que l’homme africain, malgré ce que l’on a pu dire, est entré dans l’Histoire. Son départ a été salué par le monde entier, avec une nouvelle manie, le R.i.P., qui va devenir un verbe si ça continue.

2013 t’a laissé néanmoins avec la garde d’un enfant qui sera roi d’Angleterre un jour, mais tu ne seras plus là pour le voir. Tu disposes aussi d’un nouveau Pape qui donnerait presque envie de croire en Dieu. En revanche, pour la Syrie, c’est une patate chaude qu’elle t’a refilée. Et là, bon courage.

 

Pour ma part, je penche. Du côté gauche, mais que voulez-vous, le cardiologue me l’a dit et répété « vous avez un gros cœur ». Ce à quoi j’ai souvent répondu « j’en ai plutôt gros sur le cœur ».

 

Alors, avec ce qui se bat en moi, je me penche à l’oreille de chacun de vous, même les plus grands, pour vous souhaiter une année que vous saurez faire rimer avec, au choix, joie, rire, sérénité, sagesse, résilience, accomplissement, répit ou paix. Je vous rassure, vous pouvez en accumuler plusieurs, voire en inventer d’autres, la liste était non exhaustive.

On se retrouve ici, l’année prochaine, pour écrire un long poème à cette année 2014 qui saura nous surprendre. Et pour ne pas trop lui mettre la pression et lui envoyer tout l’amour dont elle aura besoin, je la remercie, à l’avance, je la remercie pour tout ce qu’elle a à donner et à nous apprendre.

 

2014, tu danses ? Allez, viens… Je t’invite.

Oui, je sais, je penche, mais c’est parce que je me relève et que j’ai beaucoup à te donner.

 

Je vous embrasse,

A très bientôt

 

Lilian