Journal d'un auteur contemporain pas encore mort

Archives de octobre, 2014

Même pas en rêves

Chères et Chers,
J’imagine que certains d’entre vous vont se poser ce week-end pour savoir ce qu’ils vont faire la semaine prochaine ! Eh bien, déjà, vous pouvez cocher une de ces trois dates pour venir nous voir !
« Même pas en rêves », Prix coup de cœur du jury au Festival Maisons-Laffite 2014, revient pour trois dates EXCEPTIONNELLES les 4, 6 et 7 novembre prochain à Paris et il s’agit donc de ma nouvelle création !

Elle se jouera à l’Espace Beaujon, 208, rue du Faubourg Saint-Honoré (métro Ternes ou Georges V), dans le 8ème, à 20h30.

La pièce ? Quatre amis, Gabrielle, Denis, Léandre et Viviane, se débattent contre une existence qu’ils aiment se compliquer. Le portrait d’une génération qui se sent à l’abandon ou qui essaie de suivre l’air du temps, ce qu’on leur a inculqué, la normalité, sans toutefois réussir à rentrer dans le moule…

C’est ici mon spectacle le plus personnel et j’ai la joie d’y être entouré par Clarisse Fontaine, Marine Guyon et Alex Metzinger.


Je vous invite à réserver vos places dès à présent ici : http://www.moxity.com/events/meme-pas-en-reve/ticketing/orders/book

ou d’appeler directement le théâtre au 01 42 89 17 32

En souhaitant vous retrouver nombreux à cette occasion, n’hésitez pas à relayer cet événement autour de vous !

Pour la page évènement Facebook, c’est ici ! =>  https://www.facebook.com/events/339893639516062/?fref=ts

Affiche MPER Mper


Image

Soyons Cheyennes – La main tendue

SC


Soyons Cheyennes

« Soyons Cheyennes »,
des images d’Emilie Deville, des mots de Lilian Lloyd.

A l’ occasion d’ Octobre Rose, Lilian et moi avons eu envie de conjuguer ses mots et mon regard, dans un seul et même but, créer un projet commun autour du cancer.

L’idée est partie de cette photo de Sam, prise il y a 2 ans pour Esthée Lauder. Cette photo reflète, à nos yeux, le combat d’une femme et de toutes les femmes, ainsi que des accompagnants dans cette maladie.

Ce dessin de cheyenne est une peinture de guerre qui symbolise la lutte contre la maladie, et c’est aussi avant tout, un signe d’espoir et de ralliement. Qu’on se batte contre la maladie ou qu’on tienne la main, chacun a son combat.
Toutes les personnes qui ont posé pour ce projet, malades ou non ont donné un regard, un geste à l’évocation du cancer et de ce qu’ils veulent défendre. Il y a des sourires, des cris, de l’enfance, de l’insouciance, de la force ou de la peine…

C’ est le pourquoi de ces portraits d’ hommes, d’ enfants, et de femmes.

Par ailleurs, nous avons décidé de collecter des fonds pour financer les actions de Gustave Roussy, et principalement la lutte pour la recherche contre le Cancer.
Pour nous aider, nous vous invitons à faire un don et/ou de faire la promotion de notre projet.
Votre don ira directement à Gustave Roussy, 1er centre de lutte contre le cancer en Europe et vous recevrez en retour un reçu fiscal.

Nous comptons sur vous et d’avance un grand merci pour votre soutien et votre participation.
Nous tenons à remercier chaque personne ayant posé pour ce projet.

Emilie voudrait tout particulièrement remercier les belles âmes rencontrées.
Lilian remercie Laurence Dardenne pour son regard bienveillant.

Voici le texte à partager.

« Soyons Cheyennes,
et arborons nos peintures de fierté, afin de dire que rien ne nous brise.
Soyons Cheyennes,
et saisissons les mains, épongeons les fronts, apaisons les douleurs.
Soyons Cheyennes.
aux carquois bardés d’espoirs et aux regards ciblant la victoire.
Soyons Cheyennes,
sur nos joues sont dessinés des traits d’union avec ce qui a été et ce qui se bat.

Dans la perte ou la tristesse, dans la force ou la caresse, dans les doigts qui s’entrecroisent,
Amazones, enfants, femmes, hommes, pères et mères, frères et sœurs
Que nous luttions, que nous accompagnions,
Voici ce que nous sommes,
Des Cheyennes.

Ensemble. Debout. »

Voici les 173 Ambassadeurs. Des dizaines de selfies arrivent sur notre page Facebook, merci à toutes, à tous, de partager le mouvement. Merci.